Les incroyables rencontres de Bernard Pichon | generations-plus.ch

Les incroyables rencontres de Bernard Pichon

photo: DR

Bernard Pichon signe, à 72 ans, un ouvrage délicieux dans lequel il relate quelques-unes de ses rencontres les plus marquantes. Bon pour le moral!

Bernard Pichon a l’art de nous prendre par la main et de nous entraîner sur les chemins buissonniers, à la découverte de personnalités connues ou anonymes, de lieux légendaires ou secrets. D’émissions de télévision ou de radio aujourd’hui mythiques comme Les oiseaux de nuit, Jardins divers ou La ligne de cœur, il est devenu un personnage incontournable de la vie des Romands. Avec plusieurs ouvrages à son actif et un solide curriculum de baroudeur, il aurait pu légitimement se lancer dans l’écriture d’une biographie. Pourtant, son savoureux Une valise de souvenirs* n’en est pas une…

 

«C’est un livre de rencontres. Rencontres avec des personnalités célèbres, mais aussi d’autres, improbables, avec des gens inconnus. Cela fait 15 ans maintenant que je fais des voyages soit en solitaire, soit avec d’autres journalistes. Et, lors des longues soirées au cours desquelles chacun de nous raconte ses petites anecdotes, il y a invariablement quelqu’un qui me dit, en fin de soirée, qu’il faut que j’écrive un bouquin. Je n’étais pas parti dans cette idée, car il me semblait que j’amusais les gens par ma façon très orale de raconter. Je doutais que cela fonctionne. Puis, j’ai eu un contact avec un éditeur qui m’a demandé si je étais d’accord de rédiger un livre de souvenirs. Et j’ai accepté.»

L’âge? Une notion surréaliste!

Bernard Pichon est un conteur. A travers ses anecdotes, son écriture nous emmène là où sa plume pleine de fantaisie a envie d’aller, entre rire et émotion, nous interpellant sans jamais juger. Sa particularité? L’humour et le discernement, y compris quand il aborde le sujet de l’âge. Ce jeune homme de 72 ans, qui fait en moyenne trois voyages par mois, a bien intégré la notion des années qui défilent, à quelques détails près: «Pour moi, le temps qui passe est une chose surréaliste, parce que je ne vois pas de rapport entre l’âge qui est écrit sur mon passeport et celui que je ressens. Ce décalage est un souci, car je me rends bien compte que les gens, eux, me perçoivent tel que je suis! C’est un peu comme une enveloppe contenant une lettre. La lettre n’a absolument pas changé à l’intérieur, mais l’enveloppe est chiffonnée.»

 

Inutile de dire que la retraite est une notion qui fait bondir le journaliste. Pour lui, elle serait l’équivalent d’une petite mort, même s’il précise qu’il comprend que, pour d’autres, ce ne soit absolument pas le cas. Les mots « vacances oisives » lui font à peu près un effet identique, lui qui, au bout d’une demi-journée de farniente sur une plage, commence à se demander pourquoi il existe.

 

«Quand votre métier a fait votre bonheur ou votre contentement pendant des décennies, vous l’enlever consiste à vous arracher ce que vous avez de plus cher. Mes enfants espéraient que, en prenant de l’âge, je calmerais mon côté hyperactif … et c’est exactement le contraire qui se produit. Un peu comme si la perspective du terminus me donnait des ailes!»

Martine Bernier

«Juliette Gréco a une clarté d’esprit extraordinaire»

«C’est une dame que j’ai beaucoup rencontrée, et qui a une clarté d’esprit extraordinaire. Elle est très intelligente et originale dans sa manière d’exprimer les choses, avec du discernement et un humour décalé. Un jour, j’ai été amené à participer à un tournage chez elle, dans son duplex à Paris, pour une équipe tessinoise qui rendait un hommage à Georges Brassens. Elle m’a dit : “ Ils prennent trop leur temps : je vais à l’étage répéter avec Gérard (Jouannest). Pourriez-vous pousser un rugissement sauvage lorsqu’ils seront prêts ? ” J’ai dit oui et elle est montée. Le moment venu, j’ai rugi de toutes mes forces, à faire trembler les murs. Tout le monde m’a pris pour un fou. Elle est sortie comme dans une scène de cinéma sur le bord du balcon, a dressé le pouce en l’air et a dit “ Parfait ”, avec le plus grand sérieux !»

«Pierre Perret est un homme simple et généreux»

«Pierre Perret est typiquement un artiste qui vit un malentendu auprès du public. Beaucoup de gens se souviennent de ses chansons légères, du genre Le zizi, mais il faut être un peu plus en phase avec son répertoire pour savoir que Lily est une des plus belles chansons de la langue française. Nous avions assez peu de moyens financiers, à l’époque. Pour décrocher de grandes vedettes pour notre émission, il fallait trouver des astuces. En général, on mettait un beau cadeau dans leur loge. En rentrant à Paris, elles disaient: “ C’est merveilleux, comme on est reçu … ” Et oubliaient qu’elles n’avaient pas eu de cachet. Pierre Perret est un homme simple et généreux. Quand je l’appelais, il me passait sa femme qui s’occupait de ces détails. Cette fois-là, elle m’avait confié qu’elle aimerait faire un peu de shopping à Genève pendant que son mari serait sur le plateau. J’avais dit : “ Oui, mais ça dépend … Pour quel budget ? ” Elle avait fait des courses pour 300 ou 400 francs et avait été ravie, alors que ce n’était pas du tout dans les prix du marché au niveau de l’interview.»


Plus d'infos:

Une valise de souvenirs, Bernard Pichon, 180° Editions. Disponible dans notre boutique en ligne, à prix réduit pour les abonnés Générations:

 

0 Commentaire

Pour commenter