A chacun sa bulle! | generations-plus.ch

A chacun sa bulle!

photo: DR, extrait de l'album Celui qui tue

Du western à l’empire romain en passant par de jolies histoires empreintes de nostalgie, il y a de quoi satisfaire tous les amateurs de bandes dessinées ce mois

La loi du colt

Un western crépusculaire où seuls les plus forts s’en sortent. Dans ce cas précis, c’est Duke qui sort de sa semi-retraite pour en finir avec des voleurs qui ne laissent jamais de témoins. C’est beau, sombre et c’est dû à Hermann père et fils. Un gage de qualité, pas forcément d’optimisme béat.

Celui qui tue, Editions Le Lombard

 


Rome ne s’est pas faite en un jour

Une nouvelle série qui nous ramène chez les Romains, avec pour hypothèse que Romulus et Remus avaient un frère laissé pour compte. Jalousie, jalousie, celui-ci a fondé une secte qui a pour seul but de détruire l’empire, notamment lors des guerres puniques. On attendra le deuxième tome pour porter un jugement définitif. Si le scénario tient la route, le dessin nous a un peu laissé sur notre faim.

Martius, Editions soleil

 


Une si jolie boîte à musique

Si vous avez une petite-fille, pas encore ado, voilà un BD qui la ravira, comme elle a ravi l’auteur de ces lignes qui n’entre pas pourtant dans la catégorie précitée. Nola a huit ans et vient de perdre sa mère, mais elle reçoit en cadeau une étrange boule qui fait aussi office de boîte à musique. Une boule qui avait appartenu à la disparue et qui renferme tout un monde que notre jeune héroïne va découvrir avec des enfants, mais aussi des monstres qui ne font pas peur et même gentils pour certains. Charmant, vraiment.

Bienvenue à Pandorient, La boîte à musique, Editions Dupuis

 


Réconciliation au pays

Allan est bien en France. Il consacre beaucoup de temps et de tendresse à sa belle-mère mourante. En revanche, pas question pour lui de renouer avec ses racines et sa famille au Liban. Il finira toutefois par s’y rendre pour trouver un guérisseur. Grognon, il se laissera peu à peu envahir par les souvenirs sans oublier les rencontres avec les amis d’antan. Une belle histoire émouvante et un dessin chaud, un bon moment de lecture.

Monsieur Coucou, Editions Le Lombard

 

 


De bien jolies maîtresses

Depuis le temps, Les Maîtres inquisiteurs ont gagné leurs lettres de noblesse dans l’Heroic Fantasy. Preuve en est ce tome 8 avec ses deux jolies héroïnes chargées de retrouver le ou les assassins des membres d’un monastère. L’affaire sera des plus ardues, mais notre inquisitrice et son elfe parviendront peut-être à venir à bout de cette enquête.

Synillia, Editions Soleil

 


Quand Moscou brûlait

Pour arrêter Napoléon et la grande armée, les Russes n’ont pas hésité à sacrifier Moscou, vidant littéralement la ville et emmenant les vivres ainsi que les canons à eau avant de mettre le feu aux bâtiments. Une débâcle vue de l’intérieur avec notamment des taulards libérés et lâchés dans les rues par les soldats du Tsar. Impressionnant!    

Brûlez Moscou, Editions Le Lombard

 

 


Quel réac ce Morgan!

Un recueil de stories publiées hebdomadairement sur le site du journal Le Monde. Le sieur Morgan Navarro jette un regard extrêmement (trop !) perspicace sur notre monde, avec pour devise «On me traite de réac, mais je ne le suis pas. Je suis lucide.» Bon, avouons-le, c’est drôle quand bien même il ne faut pas en abuser pour éviter d’être gagné par un certain cynisme.

Violences contemporaines, Ma vie de réac, Editions Dargaud

 


Irena, une héroïne plus vraie que nature

Inspirée d’une histoire réelle – Irena Sendlerowa a sauvé 2500 enfants du ghetto de Varsovie – cette mini-série est remarquable. Et le tome 3 confirme ce jugement. Par la grâce d’un dessin faussement naïf et d’un ton sans haine, les auteurs nous replongent dans l’enfer avec aisance. Cette fois, nous sommes en 1947 et les bourreaux nazis ont disparu, hélas remplacés par les soviétiques, pas plus tendres avec les Juifs que leurs sinistres prédécesseurs. Mais l’espoir se profile avec la création de l’Etat d’Israël.

Varso-vie, Editions Glénat

 

J.-M.R.

 

0 Commentaire

Pour commenter